Actu

Toute l'actu immobilière

Bâtir en Gironde : la chasse au lopin de terre

Trouver un terrain dans l’agglomération bordelaise relève de l’exploit. Beaucoup vont voir ailleurs, comme ici à La Teste.

Comme pour les prix à l’achat d’un bien immobilier, celui des terrains à bâtir fait le grand écart selon les secteurs du département. Et la encore, il faut distinguer deux zones. La première est tendue et urbanisée – la métropole bordelaise et le bassin d’Arcachon, et la seconde correspond à toutes la Gironde rurale, ou les terrains ne valent pas grand-chose.

Le bassin d’Arcachon, est justement un exemple de cette frénésie immobilière. Pascal COULLAUD, gèrent de GC Immobilier à La Teste, a vu les prix des terrains prendre une impressionnante courbe ascendante depuis dix ans. Aujourd’hui, il n’a pratiquement pas de terrain disponible « Le Marché est très tendu. Il y a des listes d’attente. Et bien entendu, lorsque la demande est très supérieure à l’offre, les prix montent ». Il vient tout de même de vendre deux terrains à La Teste : l’un de 325 mètres carrés, pour 112.000 euros, et l’autre de 600 mètres carrés à 138.000 euros.

Terrains réduits :

Des petits terrains donc, car depuis la modification du Plan local d’urbanisme (PLU) de 2011, la commune de la Teste a permis la division des terrains. Et aux tarifs en vigueur , les propriétaires ne s’en privent pas. « La caractéristique des terrains à vendre sur le Bassin, c’est qu’ils sont maintenant d’une surface très réduite » note Pascal COULLAUD.

Les PLU définissent la carte des terrains constructibles et les règles de construction. Ils jouent évidemment un rôle essentiel dans la valeur des terrains proposés à la vente. Une commune peut parfaitement décider d’ouvrir son marché,ou au contraire de le bloquer, ce qui est plutôt rare.

Sur le Bassin, les prix du foncier atteignent même des sommets lorsqu’on s’approche de la plage.

L’agent immobilier a ainsi visité cette semaine un terrain situé à l’Hermitage au Pyla, à quelques mètres de l’eau, pour 900.000 euros. Mais sans vue sur le Bassin. En fait, sur le littoral arcachonnais ou du Cap-Ferret, seule compte la valeur d’un terrain. Peut importe qu’une maison soit ou non dessus. Au fur et à mesure, que l’on s’éloigne du Bassin chic et luxueux, en allant vers le Teich au sud et Andernos au nord, la pression est également forte, mais les prix plus raisonnables. Autour de 150 à 200 euros le mètre carré environ, un peu comme sur la métropole bordelaise ou les prix flambent parfois encore bien plus. A l’exact inverse de toutes ces zones tendues, les secteurs plus ruraux comme le Nord-Gironde, vers Blaye et Castillon, le sud Gironde, vers la Réole, sont très accessibles aux bourses modestes. Des terrains qui s’échangent souvent autour  de 20 à 30 euros le mètre carré. Mais les demandeurs sont cette fois bien moins nombreux que les offres. Entre cette ruralité et les zones urbaines, il existe enfin quelques secteurs intermédiaires comme le Libournais, ou le Médoc ou les prix sont, disons … normaux.

 

pascal-couillaud-devant-l-un-des-terrains-qu-il-vient-de_3717340_1000x500